Preview Mode Links will not work in preview mode

Lionel Froidure - Karaté et réflexions sur les arts martiaux


Le podcast de Imagin' Arts. Réflexions sur le karaté, les arts martiaux, des interviews avec des experts et sensei.

Présenté par Lionel Froidure 6e dan de Karate Shotokan, 4e dan Arnis Kali et professeur diplômé d'état DEJEPS, ancien membre de l'équipe de France FFKDA combat, ancien entraîneur de ligue Midi-Pyrénées combat et Jutsu. Créateur et présentateur de la série de documentaire vu à la TV : En Terre Martiale.

N’hésitez pas à poser votre question à Lionel en lui envoyant un email via la page contact du blog et souscrivez à notre newsletter pour être informé des derniers articles, vidéos d’arts martiaux.

Feb 17, 2018

Aujourd’hui, je vais aborder avec vous une notion essentielle dans le karaté et les arts martiaux : Hyoshi est le rythme, la cadence.

Miyamoto Musashi a écrit dans son livre Go Rin No Sho : « Le HYOSHI se trouve en toutes choses mais, il est impossible à acquérir sans entraînement. […] En sabre, le Hyoshi existe sous plusieurs formes ; il est très important de connaître le Hyoshi concordant, puis le Hyoshi discordant, et de discerner par les Hyoshi grands et petits, lents et rapides, le Hyoshi concordant, le Hyoshi de MAAI, et le Hyoshi discordant. Ce dernier est essentiel, faute de quoi le sabre ne sera pas sûr. Au combat, connaissant le Hyoshi de l’adversaire ; je dois utiliser un Hyoshi auquel il ne songe même pas, et je gagne en faisant surgir le Hyoshi du vide du Hyoshi de la sagesse. »

HYOSHI est rythme, cadence.

Quand on regarde un combat, de n’importe quelle discipline, les combattants ne sont pas immobiles, ils se déplacent, cherchent leur MAAI d’attaque ou de défense ou d’étude. Ce sont ces changements plus ou moins grands ou petits, rapides ou lents, qui créent le rythme du combat. Chaque combattant a son propre Hyoshi qu’il adapte en fonction du Hyoshi de son adversaire en plus de gérer son MAAI et celui de son partenaire. Voila pourquoi MAAI et HYOSHI sont inséparables.

Pendant le combat nous subissons le rythme, la cadence de l’adversaire mais aussi de notre propre corps. Contractions et décontractions des muscles, de notre respiration, de nos pensées. Tout est rythme.

Inscrivez-vous à ma newsletter

http://www.imaginarts.tv/blo/newsletter/